Le service de colis : comment continuer ?

Comment faire avec ce couvre-feu à 18 h ? Vos colis …

Notre activité « normale » est bar / restaurant, ouvert à midi et en soirée. Et là, on ne peut plus travailler normalement : ni bar ni restaurant. Pas de café, (1€50) pas d’apéro, pas de plat du jour servi à table (12 €), pas de vin.

Nous arrivons à survivre avec une offre de repas à emporter – et le chef se déchaîne en cuisine pour vous proposer des plats cuisinés, savoureux, à emporter (10 €). Des desserts (3 €). Des potages (3 € pour 2 personnes). Quelques plats végétariens.

Le service de colis, le point relais, est un service additionnel. Le modèle économique des points relais n’est pas viable, pas rentable, hors activité principale. L’intérêt pour le commerçant qui ajoute ce service à son activité principale est d’avoir quelques clients de plus, de se faire connaître et de développer son activité principale.

Il est donc essentiel, pour qu’un point relais fonctionne que le commerce de base fonctionne. Et que le service de colis ajoute un peu d’activité, quelques ventes additionnelles. Lors de votre prochaine visite, voyez si un dessert, un potage ou un repas à emporter pourrait agrémenter votre couvre-feu !

Au plaisir de vous voir bientôt, nous allons essayer d’adapter les horaires.

Luc

Vous avez donc une explication sur la longévité de certains points relais colis. Si le commerce de base n’est pas compatible avec des ventes additionnelles, le point relais ne tiendra pas le coup. Il y a des exemples pas loin avec une station de lavage de voiture ou une mercerie.