1000 cafés

Le Midi Libre du 27/12/2019

Il y avait 600.000 cafés de village en 1960, il n’en restait que 34.000 en 2016.Les villages voient disparaître progressivementArticle Midi Libre 27/12/2019. Villages sans café leurs services : bureau de poste, boulangerie ou dépôt de pain, épicerie, commerçants itinérants … les choses changent, parfois en bien, pas toujours.

Dans les villages qui ont encore quelques endroits de services, la concurrence avec la grande distribution est rude. On parle de progrès, de prix, … tout le monde cherche la bonne affaire, se fait appâter par les lumières, par les publicités et le phénomène qui vide les campagnes se déroule, inexorablement.

Cette évolution, avec le commerce sur internet, est aussi en train de nuire au chiffre d’affaire de la grande distribution. Derrière les enseignes du commerce sur internet, les grands groupes sont bien actifs et s’ils perdent des clients dans les grands magasins, les affaires continuent et les actionnaires ne sont pas à plaindre. Au passage, les emplois disparaissent.

Plus d’emploi pour mon voisin, plus d’emploi pour nos enfants, plus d’emploi pour moi, …  On peut rappeler une phrase de Coluche :  « A la télé ils disent tous les jours : “Y a trois millions de personnes qui veulent du travail.” C’est pas vrai : de l’argent leur suffirait. ». Difficile quand même de trouver de l’argent sans travail …

Alors voilà, nous avons encore un café à St Bauzille de Montmel et  venir y boire un café est un acte politique !

Luc

Post Scriptum.

En complément : https://insolentiae.com/hypermarches-carrefour-pertes/ (magasins Carrefour en pertes) m’avait fait réagir mi-décembre. Voici ce que j’écrivais à un groupe actif dans la promotion de la transition agro-écologique :

Enfin ! Je ne suis pas sur que ce qui arrive soit mieux. Quand je pense au commerce, en général, j’arrive à la conclusion que c’est la centralisation qui cause problème. Et la centralisation par Amazon n’est pas meilleure … encore que derrière, il y a des (petits) commerçants qui vendent sous l’étiquette Amazon. Je n’ai aucun doute, ils sont taillables et corvéables à merci, ubérisés !

Ce que je comprend de l’histoire, c’est que les grandes surfaces, arrivées dans les années 70, avec une image de modernité, … ont tué le petit commerce. Avec pertes d’emplois, de lien social, avec obligation d’aller faire ses courses en voiture … On appelait ça le progrès.

Maintenant, ces grands groupes, 4 centrales d’achat derrière les enseignes Carrefour, Leclerc, U, Intermarché, Auchan, etc. Et ces 4 centrales font la loi auprès des fournisseurs. Pour les produits agricoles, cela a été débattu en France l’an dernier, https://www.commercequitable.org/actualites/premier-anniversaire-de-la-loi-egalim-21-organisations-interpellent-le-gouvernement/ .. avec l’effet que l’on voit tous.

Ces grands groupes ont développé leurs sites de vente en ligne. Ils ne sont pas à plaindre. Les magasins vont peut être fermer, les profits vont continuer. Avec Amazon qui domine et les autres qui courent derrière. Je n’ai aucune sympathie pour aucun.

La bonne solution serait évidemment le retour des commerces locaux, de proximité (tous chez Gaëtan !), … mais la transition ne sera pas facile.

Nous sommes tous habitués à la performance de la grande distribution (oui, c’est performant, avec tout disponible tout le temps) et on s’habitue vite à la performance du commerce en ligne : commande le dimanche, livraison le lundi, sans imaginer la chaîne logistique qu’il y a derrière. Et les esclaves qui assurent les manutentions et transports. Nous sommes aussi habitués à l’agression publicitaire qui nous annonce que cette semaine, c’est encore moins cher que la semaine dernière ( à force ça devrait être gratuit, non ?)

Un petit commerce ne peut pas lutter contre la performance et la productivité des commerces en ligne. Sauf peut être pour les produits frais, maraîchage bio par exemple ;). Pour les produits manufacturés, fabriqués en Chine … hélas …

Voilà, c’était la minute philosophique …  !

 

 

 

Une réponse à “1000 cafés”

  1. Rétroliens : Le jardin des Aspes